lundi 12 décembre 2016

Le sucré en vrac


Les pâtisseries, bonbons et autre douceurs se trouvent aussi en vrac! 
Par exemple, nous achetons des noisettes et raisins secs enrobés de chocolat, des biscuits, pâtes de fruits et petits gâteaux dans sacs en tissus ou bocaux. 
Nous faisons également nos propres cookies maison, en variant la recette d'une semaine à l'autre (classique aux pépites de chocolat, noix de coco - chocolat, tout chocolat, amandes, chocolat blanc et canneberge...).
Pour les tablettes de chocolat, nous achetions depuis quelques mois des tablettes vegan, surtout parce qu'elles sont emballées dans du carton recyclé et dans un bioplastique biodégradable. Après avoir compris que ce n'était pas réellement le cas, nous sommes passés au chocolat en vrac à casser soi-même et aux fruits secs enrobés de chocolat qui sont encore meilleurs! 
Concernant les pralines, cela devient plus compliqué. Nous avons cessé d'acheter du chocolat de grandes marques "belges" depuis des mois. Nous étions bien entendu au courant que le commerce de la fève de cacao n'était pas clean, mais nous n'aurions jamais imaginé que l'esclavage y est toujours monnaie courante (pour le thé également... nous y reviendrons). 



Nous avons donc pris la décision d'acheter nos pralines dans les boutiques Benoît Nihant, un liégeois. Il pratique encore le "bean to bar" comprennez qu'il achète lui-même ses fèves dans des plantations qu'il sélectionne et qu'il s'occupe de tout le processus de la fève de cacao jusqu'aux pralines dans ses ateliers. Bien entendu, il reconnaît lui-même qu'il ne peut pas toujours tout contrôler sur les plantations qui l'approvisionnent, mais je pense que son entreprise vaut la peine qu'on lui donne un petit coup de pouce. 
Ses pralines sont excellentes, la seule chose qui nous chiffonne est que lorsque nous avons demandé dans une boutique si nous pouvions prendre les pralines dans notre propre boîte de transport (au lieu de la boîte en carton), nous avons essuyé un refus de la part de la vendeuse. Nous pensons d'ailleurs les contacter afin de leur expliquer notre démarche, en espérant obtenir leur accord pour une prochaine fois.