lundi 30 juillet 2018

J'ai adopté un chat



Si tu me suis sur Instagram, tu n'as pas pu passer à côté tellement je bassine tout le monde avec: on a adopté un chat mercredi dernier. 

Etant donné que je n'avais plus eu de chat à moi depuis 6 ans et que Chris n'en a jamais eu, j'ai voulu te relater toutes les pérégrinations qui ont amené Billy dans notre appartement et comment se sont passés les premiers jours.

Au passage, je tiens à signaler que ce chat est la perfection incarnée à nos yeux (comme tout propriétaire de chat qui se respecte), ne soyez donc pas trop jaloux/ses. 😁😺


La réflexion

Je crois que ça devait faire au moins des années que je revenais régulièrement à la charge auprès de Chris pour adopter un animal. Souvent tous mes meilleurs arguments étaient évincés d'un coup de balai par un implacable: "Un animal, ça meurt." 

Ce à quoi je répondais du tac au tac: "Tu sais, moi aussi je meurs." 
Et là, il fallait s'imaginer l'homme prendre un air peiné et se boucher les oreilles en disant: "Ne dis pas ça!". 

Bref, c'était pas gagné. 

Lorsque j'ai finalement réussi à ouvrir une brèche dans ce mur de ténacité, il y a quelques semaines, la question s'est posée de savoir quel animal choisir? 

Il est important de bien réfléchir avant d'accueillir un animal chez soi, quel qu’il soit. Il faut prendre en compte son tempérament, l'espace disponible, le budget par mois, notre disponibilité etc.

Plusieurs critères étaient très importants pour nous: 

🐈 La durée de vie devait être assez longue, 

🐈 Nous voulions adopter un animal dans un refuge et non l'acheter dans un élevage, 

🐈 Il fallait que le matériel nécessaire ne soit pas trop encombrant

🐈 Je voulais pouvoir jouer et faire des câlins

🐈 Il fallait un animal propre et qui ne détruise pas trop notre intérieur, 

Comme tu l'auras compris, il fallait qu'on ait un coup de bol monstrueux pour trouver ZE perle rare. 

Nous avons donc réfléchi intensément et nous sommes renseignés sur tout un tas d'animaux différents: chiens, petits chiens, rats, octodons, chats (avec et sans poils), furet, pogonas, souris, caméléons, iguanes, etc. 

Certains se sont vus recaler pour des raisons de durée de vie, d'autres pour des raisons de matériel nécessaire (un iguane pouvant atteindre 2m de long, tu imagines qu'on aurait dû lui consacrer le salon entier pour qu'il se sente bien). 

Nous étions totalement indécis et j'en avais assez de réfléchir, je voulais agir et rencontrer des animaux pour me frotter à la réalité. 


Le refuge

Nous avons pris le temps de promener des chiens de refuge pendant une matinée, de faire un coucou aux chats, de passer plusieurs fois en animalerie nous renseigner sur les NAC, nous avons téléphoné au cabinet vétérinaire proche de chez nous pour savoir s'ils acceptaient tous les animaux... 

Bref.

Nous épluchions régulièrement les sites des refuges et j'avais craqué sur une petite chienne à adopter qui avait l'air super: Nina

Cette chienne était effectivement adorable, mais en discutant avec le gentil bénévole qui m'accompagnait lors de la promenade, j'ai pris conscience qu'un chien serait malheureux tout seul pendant de longues heures sans pouvoir sortir. Mon but était d'offrir un toit et de l'amour à un animal, pas de le garder dans un endroit qui ne lui conviendrait pas et le rendrait triste en ne satisfaisant pas ses besoins élémentaires. 

Le bénévole m'a alors conseillé d'aller voir les chats, car à son avis ce serait l'animal le plus adapté à notre mode de vie (appartement, seul plusieurs heures par jour,...).

J'avoue que j'étais assez sceptique. J'avais abandonné l'idée car j'ai vécu une relation réellement fusionnelle avec mon précédent chat (Yoko, décédée à 17 ans). J'ai souvent été en contact avec des chats différents et jamais je n'ai retrouvé ce caractère doux et un peu dingue de Yoko. 

Je suis tout de même passée par la chatterie, histoire d'être polie. 

Et là, en passant assez rapidement près de la cage, j'ai ce machin à face de lune rousse écrasée qui se frotte aux barreaux et réclame des câlins sans discontinuer. 



J'ai craqué. 

Je suis rentrée dans la cage pour le caresser et le brosser et ce fut un coup de foudre immédiat. Gentil, câlin, facile à vivre... Chris est également tombé sous le charme et c'est ainsi que Billy est entré dans nos vies. 

Billy est un exotic shorthair. Un race s'apparentant au persan, sauf que les poils sont courts. C'est un chat d'appartement, qui doit être brossé régulièrement pour éviter les touffes de poils et ses yeux doivent être nettoyés de temps en temps avec un coton imbibé d'hydrolat de camomille. 

Il provient d'une saisie de 30 chats de races abandonnés par leurs propriétaires dans une maison et a passé trois semaines en soins vétérinaires à cause d'une infection aux oreilles avant d'être mis à l'adoption. 


Les premiers jours à la maison

Dès les premières heures, Billy nous a démontré que nous ne nous étions pas trompés sur la marchandise (il faut dire qu'il sait se vendre, le bougre). 

Gentil, facile à vivre, propre, câlin, joueur, gros dormeur, bavard comme une commère, nous adorons ses qualités et passons sur ses défauts comme des parents poules que nous sommes. 

Il n'a pas été craintif du tout, s'est très vite acclimaté à sa nouvelle vie, a tout de suite repéré la litière, les gamelles, les coussins et la boîte à bonbons. 



Les premières nuit ont été un peu mouvementées. Il miaulait beaucoup et nous empêchait de dormir. Cela va mieux depuis deux nuits. Il est possible que le stress du changement d'environnement (même si c'est pour un mieux) et la pleine lune (je te vois ricaner derrière ton écran, mais sache que je suis très sérieuse) soient à l'origine de cette agitation. 

Cette nuit a été plus calme, nous avons même pu dormir avec la porte de la chambre ouverte et il a passé quelques heures avec nous. 

Il est important de se mettre à la place de son nouveau compagnon, de réaliser que même si c'est pour son bien, un tel changement est flippant et demande une période plus ou moins longue d'adaptation. La patience est de rigueur. La fermeté aussi de temps en temps, sans jamais recourir à la violence qui ne sert à rien qu'à rendre l'animal craintif. 


Tu te demandes peut-être comment Chris prend l'arrivée de ce nouveau compagnon? 
Il est aux anges et oublie de me dire bonjour le matin, il n'y en a plus que pour Billy! 

Si toi aussi tu souhaites un ami à quatre pattes (ou deux et des plumes ou pas de pattes mais des écailles), avant de songer à acheter dans un élevage, va d'abord voir dans les refuges quels sont les animaux disponibles
Tu auras peut-être la surprise de ta vie, tu feras un heureux et tu contribueras à une association qui en vaut la peine. 

Souvent les gens pensent d'office que nous avons adopté un chaton, comme si les chats adultes (voire les seniors) ne pouvaient plus être adoptés parce que le mythe du "on ne sait pas comment il a été éduqué" rôde encore et toujours. 

Personnellement, je suis ravie d'avoir ouvert ma maison à un chat mâle adulte de 2 ans, déjà vacciné, éduqué et castré qui me rend bien tout l'amour que je lui donne. 

Notre expérience montre bien qu'on peut trouver de tout dans ces refuges, même un chat de race!