lundi 6 mars 2017

Les bocaux




Qui dit courses en vrac, dit conservation. La plupart des légumineuses, pâtes, riz, biscuits, graines et autres se conservent très longtemps, mais pas dans un sac en tissu perméable à l'air. 

Ma solution de prédilection, ce sont des bocaux de conservation

On peut les trouver de plusieurs contenances, selon les besoins. 

A la maison nous avions commencé par en acheter tout simplement chez Ikea. Si nous avions connu plus tôt la marque française "Le parfait", nous aurions sans doute opté tout de suite pour cette marque plus locale. 

Les bocaux Ikea sont apparemment produits en Allemagne, gage de qualité? En tout cas nous en sommes très contents. 

Le seul petit souci avec des bocaux sont les joints en caoutchouc: ils ne sont ni recyclables, ni compostables. Mais depuis le temps, vu l'utilisation que nous en faisons tous les jours, si ils avaient dû se détériorer ce serait déjà fait. Je pense qu'ils sont susceptibles de s’abîmer et de devoir être remplacés si on s'en sert pour des conserves de légumes ou de sauces. 

Dans notre cas, nous ne les utilisons que pour conserver nos aliments secs (Et transporter de la soupe de temps en temps). 

Voici la composition de notre collection: 

👉 4 bocaux pour les pâtes (plus hauts que les autres pour les spaghettis), 

👉 3 grands pour les biscuits, la farine et les flocons d'avoine du petit déjeuner, 

👉 21 bocaux de moyenne contenance pour le sucre, les différentes noix, les haricots, les légumineuses, le quinoa, le couscous... 

👉 14 petits pour les aliments utilisés en moindre quantité: pignons de pins, biscuits apéritifs (l'avantage dans ce cas précis est qu'ils peuvent servir à présenter les cacahuètes directement sur la table, inutile d'utiliser un Xième bol à apéro)...

Je vois plusieurs avantages à ce mode de conservation; non seulement ils permet de voir en un coup d’œil la quantité restante d'un aliment, les bocaux sont esthétiques et quand ils sont bien rangés et disposés dans des armoires on peut varier les plats et se faire plaisir, car on a sous les yeux notre garde-manger en entier et nous n'oublions pas un paquet de quinoa planqué au fond d'un placard.