mercredi 22 février 2017

Les mouchoirs





Quand on s'essaie au zéro déchet, on réalise à quel point certains de nos gestes quotidiens nous coûtent cher sur le long terme, sont une catastrophe pour la planète et pour le régime de notre poubelle. 

Nous avons donc laissé tomber les essuies-tout, les cotons-tiges, les cotons démaquillants, les films alimentaires et... les mouchoirs en papier

Je vois déjà d'ici vos yeux rouler vers le plafond et un soupir monter de votre poitrine. 
Non ce n'est pas dégoûtant. En tout cas ça ne l'est pas plus ou moins qu'un mouchoir en papier.

Et un mouchoir en tissu peut être tellement mignon! Regardez donc notre collection printemps-été ci-dessus! A chaque fois que je sors un mouchoir de mon sac, j'ai ce petit plaisir de voir ses motifs!

Je suis une fanatique du tissu. Au Japon je pouvais à peine me contenir face aux petits essuies-mains, aux furoshiki (carrés de tissus décorés utilisés pour emballer des cadeaux, transporter des objets... article à suivre!), mouchoirs en tissu etc. 

Ces mouchoirs nous accompagnent tous les jours, sont lavés chaque semaine en machine et stérilisés à la vapeur lorsque je les repasse. Ceux de la photo sont les plus beaux que nous ayons, ce sont les "sexy mouchoirs" parce qu'ils sont trop beaux (étoiles dans les yeux 😍 ). 

Pour les gros rhumes nous avons toujours les "vieux de la vieille". Ces mouchoirs hérités de génération en génération qui ont 40 ans et pas une ride. J'ai toujours une petite nostalgie quand je les utilise, souvenir d'un temps où les déchets n'étaient pas si envahissants, où l'hygiène n'était pas devenue une obsession nous amenant à des défenses immunitaires moins efficaces... 

Si vous avez un très gros rhume et que vous devez vous moucher très souvent (courage), que vous ne voulez pas utiliser de mouchoirs jetables (brave que vous êtes), mais en même temps vous n'avez pas envie de vous balader avec la "nappe" humide héritée du grand-père, j'ai lu une astuce très sympa sur un blog zéro déchet (j'avoue ne plus savoir lequel: j'en suis beaucoup!). 

L'auteure du blog avait découpé les grands mouchoirs paternels en quatre carrés plus petits et s'en servait deux fois avant de les mettre dans un filet pour les passer à la machine. On décuple ainsi le nombre de munitions, sans se sentir coupable de produire des déchets, tout en expulsant les vilains microbes. Que du bonheur!