samedi 2 septembre 2017

Bilan 9 mois zéro shopping




Je souhaitais patienter jusqu'à la fin novembre, qui marquera également la fin de mon challenge zéro shopping pour faire un article-bilan. 

Mais je ne parviens pas à résister à l'envie de partager avec vous mes premières conclusions, mes difficultés, mes victoires et mes efforts.

Il y a quelques mois, j'annoncais tout à trac que j'avais commencé ce challenge suite à notre voyage au Japon (au cours duquel j'ai acquis une chemise, une tunique, 6 paires de chaussettes et un pull, ce qui marque un exploit hors du commun). 


Aujourd'hui, cela fait 9 mois que je n'ai plus acheté un bout de tissu à me mettre sur le corps. 
Ni hauts, ni bas, ni sous-vêtements, ni chaussettes, ni chaussures, ni sacs, accessoires, etc. Nada. Quedalle.

J'ai lu les comptes-rendus d'autres blogueurs/euses (principalement anglophones) qui ont tenté des challenges similaires et si il y a une conclusion que je peux en tirer c'est qu'ils sont bien plus posés que moi. Certains se sont préparés une liste des "achats autorisés" en cas de nécessité (incendie de leur logement, etc.) Pour ma part, je me suis lancé ce défi un peu comme on commence le skateboard: je n'ai pas réfléchi, j'ai décidé un matin de ne plus acheter de fringues et je me suis lancée. Je n'ai même pas envisagé le fait que je pouvais me casser la figure. En même temps, je ne risque pas grand-chose. 

👕Qu'est-ce qui est le plus difficile dans ce challenge au jour le jour?

Rien. J'aime mes vêtements tels qu'ils sont, ils me correspondent et sont confortables. Les plus récents ont été achetés au mois de Novembre 2016, les plus anciens il y a trois ans. Ils ne sont donc pas trop abîmés. 

👕Et les tentations? 

C'est une autre histoire! Comme je l'ai expliqué dans mon premier article sur le sujet, j'ai banni les tentations shopping de mon smartphone et je ne suis plus rentrée dans une magasin de vêtements depuis des mois. Malgré cela, j'ai parfois quelques tentations. Par exemple, lorsque j'ai découvert le magasin Mahalo, à Liège, j'ai été presque déçue pour la première fois d'être tenue par mon challenge. Les vêtements présentés sont jolis, écologiques, éthiques et véganes...Bref, toutes les conditions sont réunies pour que je craque, mais je vous rassure, j'ai tenu bon.

👕Qu'est-ce que je changerais dans ma garde-robe?

Parfois je me dis que lorsque le challenge sera terminé, je voudrais me racheter quelques pièces bio, éthiques et véganes pour remplacer celles que j'ai déjà (sous-vêtements, chaussettes, etc.) Cette envie dure quelques jours et ensuite s'évanouit très vite. En effet, moi qui suis une fan du zéro déchet, je ne me vois pas me défaire de certains vêtements qui sont encore parfaitement portables pour les remplacer par d'autres neufs, même éthiques, bio et véganes. 
Par contre, je suis presque certaine qu'à l'avenir je me contenterai de deux couleurs foncées: gris et bleu marine. Pour des raisons pratiques, principalement. La moitié de ma garde-robe est claire et l'autre foncée, ce qui implique utiliser deux fois la machine à laver. Je souhaiterai en arriver à une seule fois, sans réfléchir au mélange des couleurs. 

👕Pourquoi ces deux couleurs-là? 

Par expérience, ce sont les couleurs les plus pratiques. La sueur, les poils d'animaux, les taches et autres se voient beaucoup moins sur ces couleurs que sur le noir, le blanc ou le gris clair. On voit souvent des garde-robes minimalistes composées de noir et blanc et quelques touches de gris. Pour avoir tenté l'expérience, les deux premières teintes ne me conviennent pas du tout dans ma vie de tous les jours. Le noir est un peu trop sombre pour moi, il fait très "chic", ce que je ne suis pas. Les peluches, poils d'animaux, pellicules, traces blanches et autres poussières se voient très vite, ce qui a tendance à m'énerver. Quand je n'ai pas la sensation d'être propre sur moi, je perds vite ma confiance.
Le blanc est tout aussi salissant, mon uniforme de travail est composé de chemises blanches et je dois transporter des caisses et manipuler des objets usuels pas toujours très propres. Je ne suis plus une enfant, donc j'évite de trop grosses taches, mais j'avoue que je n'aime pas devoir faire attention, laisser une trace d'encre sur ma manche, m'apercevoir que j'ai une grosse ligne grise sur le ventre (et que ca se voit) m'irrite. 

Le bleu foncé et le gris foncé sont deux couleurs très sobres, faciles à entretenir. Les uniformes de travail des japonais (appelés samue [prononcez samoué]) sont souvent dans ces deux couleurs. Je me sens à l'aise dans des vêtements gris ou bleu que je sois au travail, à la maison, en public ou au restaurant.
De plus, à terme j'éviterai les vêtements à motifs. 

👕Et après le challenge? 

J'ai l'intention de trier une dernière fois mon dressing pour ne garder que des vêtements de ces deux couleurs, me contenter d'encore moins (j'ai lu plusieurs témoignages de personnes vivant avec 10 ou 20 vêtements, hormis les manteaux, vêtements de sport et sous-vêtements) et surtout je voudrais pouvoir me défaire de nos planche et fer à repasser. Cette corvée m'est devenue pénible, je préfère lire, écrire ou me promener que de passer du temps à repasser mes vêtements pour coller à un dictat imposé par la bonne société. Je ne repasse plus que nos chemises (surtout celles du travail pour l'instant) et personne ne m'a fait de remarque! 

👕Quelques pièces devrais-je acheter après le challenge? 

Peut-être un ou deux t-shirt et un jean foncé. Pour l'instant je vis très bien avec deux jeans (un clair très usé et un bleu foncé encore potable). Et je compte user chaque pièce jusqu'au bout avant d'en changer. 

👕Quels seront mes critères d'achat? 

En premier lieu, je commencerai par me tourner vers les magasins de seconde main (pour les hauts et accessoires par exemple). Si je ne trouve pas mon bonheur (ou ma taille, quand on mesure 1m54 et qu'on pèse 44 kg ce n'est pas toujours évident de trouver chaussure à son pied), je me tournerai vers le bio, éthique et végane, certainement chez Mahalo. 

Et voilà, un long article pour un sujet si frivole, mais je suis heureuse d'avoir partagé ce premier bilan avec vous! 
Rendez-vous en décembre pour la conclusion de cette expérience riche en réflexions et découvertes!