dimanche 12 mars 2017

Une nuit en tiny-house





Chris n'aime pas me faire de surprises. Voilà pourquoi en général, il me vend la mèche direct. Ce qui est marrant c'est qu'à chaque fois qu'il m'annonce qu'il a eu une idée - mais que c'est une surprise - je reste muette de stupeur. 

Moi qui suis une adepte des petits appartements, studios, roulottes, tentes etc. imaginez un peu ma tête quand il m'a annoncé que pour notre semaine de vacances de mars, il avait contacté une agence qui loue une tiny-house (ou micro-maison) à Chaumont-Gistoux!? 

Ça donnait à peu près ceci: 😁+😆+😍+😵+😱

J'étais survoltée. Nous avons donc réservé la tiny pour une nuit, de mercredi à jeudi. 

Arrivés sur place vers 14h45, par des chemins dans les bois nous avons donc découvert notre maison pour une nuit: toute en bois, pas d'eau courante, un petit chauffage électrique, un poêle qu'il nous faudrait apprivoiser, des toilettes sèches et une prairie pour encadrer le tout. 

Nous avons été accueillis par Sofia, qui nous a très gentiment expliqué le fonctionnement de la Tiny et qui a été très patiente avec nous.

Il a plu toute l'après-midi, nous sommes donc restés tranquillement au chaud à lire quelques livres, tout en appréciant le silence et la vue des fenêtres. 
Ce qui est assez marrant avec une tiny-house, c'est qu'elle a toujours l'air plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur. C'est magique, on se croirait dans un livre d'Harry Potter. 

Le soir, Chris s'est occupé de la cuisine pendant que je gérais le feu de bois, ce que je n'avais jamais fait. Cette expérience m'aura appris que je peux sans problème me chauffer au feu de bois pour le reste de ma vie: je gère. 😊

La nuit tombée, nous avons pu nous rendre compte que la télévision, le pc, les smartphones et la tablette ne nous manquaient pas: des livres, des jeux de société (je me suis encore fait battre à plate couture) et une belle discussion au coin du feu ont meublé notre soirée dans le silence d'une nuit noire. 

J'avouerai quand-même que faire la vaisselle sans eau courante relève de l'exploit et cette expérience aura planté la graine d'une réflexion sur notre usage quotidien (et illimité) de l'eau potable

Avant de nous mettre au lit, passage obligé par les toilettes sèches. Celles-ci se trouvant à l'arrière de la tiny, nous devions sortir pour aller au petit coin. Ce qui ne pose aucun souci en plein jour, mais devient une véritable aventure la nuit à la lueur vacillante d'une mini lampe de poche. Surtout lorsque quelques jours avant on vient de terminer une série d'horreur sur Netflix... L'angoisse. 

C'est au moment d'éteindre les lumières à l'intérieur que nous avons trouvé les interrupteurs pour les spots à... l'extérieur. Bien entendu. 

Petit mot sur les toilettes sèches:

💧 Aucune odeur constatée, la sciure absorbe sans problème tout parfum indésirable, 
💧 Je ne me suis pas sentie coupable d'utiliser des litres d'eau potable, bonheur! 
💧 Assise face à un bois, je dois avouer que la vue est plus sympa que face à une porte ou un lavabo. 
💧 L'oiseau qui chantait rien que pour moi, c'était la cerise sur le gâteau.

Bien sûr, il existe des tiny-house plus évoluées et mieux aménagées. Celle que nous avons testée ici n'est utilisée qu'occasionnellement par son propriétaire légitime. Certaines sont utilisées comme habitations à l'année et son équipées d'une douche, de panneaux solaires, de toilettes sèches avec accès à l'intérieur, de machines à laver, etc. 

Personnellement, je me vois bien vivre dans une tiny, peut-être est-ce un critère de taille? Chris trouve que c'est un peu trop petit tout de même. 

Nous avons très bien dormi et le poêle à bois chauffait si bien que nous avons gardé la petite fenêtre à la tête du lit grande ouverte toute la nuit! 
Réveillés naturellement par les chants d'oiseau et l'odeur de la prairie mouillée, un vrai bonheur. 
Après un petit déjeuner bien chaud, nous avons terminé nos lectures. Pour ma part j'ai englouti le magazine "The Rolling Home" laissé là en prêt, un volume consacré uniquement aux personnes qui ont adapté des vans en habitations et voyagent-vivent-découvrent-travaillent partout autour du globe. Autant dire que des ailes me sont poussées et que j'ai passé le reste de la matinée à rêver en regardant par la fenêtre. 

Nous avons laissé la tiny dans sa prairie, à contre-cœur. 

Si vous souhaitez vous aussi tester cette tiny, n'hésitez pas à vous adresser à Wildernest via leur adresse mail (disponible également sur Booking et Airbnb). 
Pour info, l'eau sera raccordée (froide uniquement) à la tiny dès le retour des beaux jours et une douche est disponible à l'arrière (pour ceux qui n'ont pas froid aux yeux). 

C'est une expérience que je recommande à tous, aussi bien les écolos que ceux qui souhaiteraient se couper du monde une ou plusieurs nuits. 

Le concept est né aux USA voilà presque 20 ans et a s'est surtout fait connaître après l'ouragan Katrina et la crise économique. Beaucoup de personnes, dont des familles, se sont tournées vers ce mode d'habitation peu cher et écologique. La tiny est construite sur une base de remorque, ce qui la rend mobile et elle n'est donc pas considérée comme une maison à part entière mais en offre tout le confort. 
La preuve qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une maison de 230 m² pour bien vivre. Les amoureux des petits espaces et de la liberté y trouvent leur bonheur. 
De plus, une tiny permet d'être propriétaire de son propre toit sans s'endetter pour 20 ans. Le prix d'une tiny peut aller de 15.000€ à 45.000€ toute équipée et la superficie varie selon les besoins de 10m² à 30m² de surface habitable. 

Si vous faites une petite recherche sur internet vous trouverez des dizaines de témoignages de propriétaires de tiny-house qui sont très heureux de leur choix de vie. 

Bref, pour un dépaysement garanti, prenez une tiny! 



L'intérieur de la tiny-house.


La tiny-house vue de l'extérieur. 


Les toilettes sèches à l'arrière.


La vue depuis les toilettes sèches (oui, j'ai décidé de ne rien vous épargner).


Le lit, sur la mezzanine. On y accède par une échelle qui descend du plafond grâce à une corde. L'aventure! Soyez bien réveillés avant d'entamer la sortie du lit!


Le magazine "The Rolling Home", inspiration au voyage.

La table du souper vue du haut de l'échelle.


L'entrée de la tiny avec porte-manteaux et enceinte bluetooth.


La cuisine. Cuisinière au gaz avec deux plaques, de la vaisselle, une bonbonne d'eau (pas suffisante malheureusement, nous avons dû utiliser de l'eau en bouteille mise à notre disposition... -1 pour le zéro déchet), et un évier en bois! 

Pour les amoureux de la liberté ou tout simplement pour les rêveurs: voici un site internet très sympa (en français!) sur les modes de vie alternatifs: Toits Alternatifs